RentMAT

15 mai 2016

BROKK – Quatre hommes pour un robot.

C’était un escalier monumental en béton d’avant-guerre auquel six hommes s’étaient attaqués au marteau pic. Ce béton des années trente était d’une telle dureté que le travail n’avançait pas. Pourtant on les avait équipés des plus gros marteaux, des 30 kg de CHICAGO PNEUMATIC.

CLIQUER SUR LES PHOTOS POUR LES AGRANDIR

Robot à louer !

Les ouvriers se gênaient et, la fatigue aidant, risquaient de tomber. En homme avisé, le conducteur des travaux fit tout arrêter, c’était trop dangereux, il ne voulait pas qu’un accident retarde encore le chantier. Avec une mini-pelle, la manœuvre était encore plus risquée, c’est alors qu’il eut l’idée d’utiliser un robot, son expérience dans l’industrie l’avait déjà amené à en utiliser pour le décapage de fours. Peu de constructeurs ont développé ce type de matériel en Belgique on trouve HUSQVARNA et BROKK.

C’est donc avec un BROKK 160 de location que le travail fut terminé dans les délais et largement dans le budget. Ce type de robot se loue à la journée, à peu près au prix que coûte huit heures de MO. Notre conducteur a fait l’économie de 4 hommes, un homme était affecté au déblayage avec une mini-pelle, l’autre était à la conduite téléguidée du robot.

Location mais aussi formation !

Depuis que BROKK assure sa propre distribution en Belgique — avant 2015, les produits étaient représentés par ATLAS COPCO — outre la vente de ses produits, l’entreprise suédoise a mis en place une stratégie de location. Joachin VAN DE PERRE, nous explique « qu’il ne veut pas faire concurrence à ses clients qui disposent de ce type de matériel dans leur parc comme DEMEUTER, mais que le marché de la déconstruction est en telle demande que les ténors du marché déclinent régulièrement les petites missions ». La location de ce type de machine nécessite un investissement en formation. « Pour bien manipuler le robot, 6 heures d’apprentissage sont nécessaires ! Formation que BROKK dispense pour moins de 600 euros » précise Joachim VAN DE PERRE qui a pour mission de développer les ventes dans notre le marché du BTP.

Cette année, le constructeur de robots radiocommandés BROKK fête ses 40 ans. Le premier BROKK présenté en 1976 en Suède était une véritable révolution dans le milieu de la démolition. C’est en 1983, que la première machine a été livrée en Belgique. Notre pays compte à ce jour une quarantaine de machines opérationnelles plus particulièrement dans le secteur de l’industrie où ATLAS COPCO à développé un marché.

Le robot se substitue au travail manuel.

La nouvelle entité, BROKK Belgique, filiale de BROKK France SAS, est spécialement organisée pour le marché belge. ATLAS COPCO Belgique reste partenaire de BROKK chez nous pour le S.A.V. Les clients belges peuvent donc choisir indifféremment ATLAS COPCO ou le SAV que BROKK Belgique a mis en place.

Joachin VAN DE PERRE attire l’attention sur les spécificités des robots BROKK. « D’abord dit-il ce sont des machines qui remplacent le travail manuel! Ensuite par rapport à leurs dimensions et leur poids elles peuvent accepter des attachements deux fois plus lourds qu’une mini pelle de même catégorie. » Par exemple sur une mini-pelle de 1tonne à une 1,5 tonnes les marteaux autorisés vont de 50kg à 100kg. Sur un robot BROKK 160 de 1,6 tonnes on travaille avec des marteaux de 200kg. à 270kg. « Si on peut dire qu’un robot vaut 4 hommes, il vaut aussi 2 mini-pelles ».

Cela tient au fait que BROKK a développé ses machines spécifiquement en fonction de modèles types de marteaux ATLAS COPCO et qu’en conséquence les pressions et débits d’huile sont réglés au millilitre. Les logiciels de robotisation sont eux aussi conçus en fonction de l’outil. La largeur de 78cm de la machine (jusqu’à la 160) permet de passer les portes et est dès lors idéale pour la déconstruction intérieure d’autant que sa force motrice est électrique.

La puissance en prime,

C’est aussi un point, important que relève Joachim VAN DE PERRE « c’est la puissance importante de la machine par rapport à une mini-pelle. Le BROKK 100 qui pèse moins d’une tonne développe 15 kW avec son moteur électrique de 28 ampères, alors qu’à même puissance les mini-pelles sont de la catégorie 2t. à 2,5tonnes » et il ajoute « un BROKK 800 de 11 tonnes peut porter un marteau de 1200kg ! Pour les pelles hydrauliques les constructeurs de ce type de marteau recommandent la classe de 16 à 25 tonnes ! »

Dans le BTP, les missions de prédilection pour les robots sont le travail en espaces confinés intérieur ou extérieur pour le forage, le sciage, la déconstruction/démolition, de démantèlement de plafonds, le désamiantage… Toutes les missions dangereuses en hauteur qui nécessitent un minimum de sécurité pour le personnel. « A l’heure actuelle les dispositions réglementaires en Belgique sont, sur le point de la sécurité, fort peu exigeantes pour la démolition comparées à nos voisins » se désole Joachin VAN DE PERRE.

Un programme de huit machines.

Le programme de BROKK compte huit modèles de machines de base de 500kg à 11 tonnes qui se déclinent en 14 modèles différents. Leurs portées verticales vont de 3100 mm à 10700mm et horizontales de 2500mm. à 9600mm. Toutes ces machines peuvent être louées équipées de marteaux, de cisailles DARDA — une filiale allemande du groupe BROKK — et d’autres attachements.

Un nouveau BROKK 120 Diesel de 1230 kg et d’une puissance de 18,3kW, a été présenté à la BAUMA. C’est le plus petit modèle diesel au monde, ses éléments de conception de base restent les mêmes que le BROKK 100. Cette machine compacte équipée d’une flèche à volée variable, peut soulever 500kg à 1 mètre et 150kg à bout de flèche (3700mm). Son moteur thermique la rend complètement autonome et lui permet d’agir en urgence dans des situations de séisme, d’explosion où l’accès à puissance électrique n’est pas aménagé.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *