NEWS

29 mai 2019

Première mini-pelle électrique VOLVO ECR25 sur un chantier british

À la BAUMA, VOLVO CE ne faisait pas exception et, comme presque tous les constructeurs, il présentait ses prototypes électriques. Bien que le public fût curieux de cette nouvelle approche, les débats autour de ces machines restaient dubitatifs au vu de l’autonomie réelle des engins. Ahcène NEDJIMI, le spécialiste de l'électromobilité chez VOLVO déclarait «Le défi consiste à trouver le meilleur moyen de les recharger plus rapidement. C’est le projet auquel nous nous attelons maintenant».

CLIQUER SUR LES PHOTOS POUR LES AGRANDIR

Mais qui pouvait croire que quelques semaines plus tard une ECR25 de VOLVO ferait ses premiers tours de chenilles sur un chantier londonien, et non des moindres.

On sait combien les Anglais adorent les fleurs et les jardins, et le chantier où s’est activée pour la première fois une VOLVO ECR25 est de renommée internationale. Ce n’est pas un petit espace où trois coups de godets font l’affaire. Au cœur de Londres, le RHS Chelsea Flower Show est le salon de la fleur le plus célèbre au monde, et réputé pour la beauté de ses jardins, ses sculptures ornementales et ses invités royaux.

Chris BEARDSHAW, le designer britannique lauréat du « Best Show Garden » voulait présenter un projet ambitieux. Créer un jardin avec l’empreinte la plus légère pour l’environnement. Cela exigeait des matériaux et des outils de construction durables, du béton à très faible teneur en carbone, du bois lamellé-collé et un éclairage à basse consommation. Et bien sûr, la pelle compacte électrique ECR25 – la toute première machine électrique à participer à la construction d’un jardin au RHS Chelsea. Comme la machine ne produit aucune émission et travaille pratiquement sans bruit, son jardin a été surnommé par les équipes de tournage de la BBC «le plus silencieux du site».

Pour réaliser le chantier, la machine a travaillé pendant une semaine et demie. Elle a réalisé l’excavation du site, creusé les fondations de la structure principale et réalisé ses fosses de plantation des arbres ainsi que l’excavation d’un point d’eau central. Le chargement s’effectuait de nuit dans l’enceinte du salon, au moyen d’une prise de courant domestique ordinaire. Si des charges rapides étaient nécessaires pendant la journée, l’opérateur utilisait le chargeur embarqué de la machine.

Ravi de cet exploit, Ahcène NEDJIMI conclut «La question n’est plus de savoir quand et si nous allons passer à l’électromobilité, mais à quelle vitesse cela va arriver. Nous sommes vraiment au tournant, sans point de retour. Nous devons émettre moins, polluer moins et redéfinir le monde dans lequel nous voulons vivre »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.