NEWS

25 novembre 2020

« Volle gaz » pour la prochaine minipelle KUBOTA KX019-4 LPG

Hybridation linguistique bien bruxelloise pour exprimer le dynamisme de la réponse du constructeur japonais KUBOTA à la problématique de la réduction d’émissions pour les minipelles. La KX019-4 LPG, actuellement en test sur site chez différents utilisateurs français, suscite bien des commentaires que nos confrères de l’hexagone ne manquent de relayer.

CLIQUER SUR LES PHOTOS POUR LES AGRANDIR

Selon Pascal VANGRAMBEREN, le CCO de LUYCKX, elle sera bien disponible en Belgique au printemps 2021. Sans doute petite révolution sur les chantiers, mais régulièrement utilisée dans l’industrie pour les gerbeurs, l’alimentation LPG d’un moteur thermique de mini-pelle est-elle une réponse à l’économie dite propre ? Présenté à la BAUMA 2019, le prototype de la version LPG de la KX019-4 avec sa bonbonne de gaz de 13kg, a provoqué plusieurs réactions, parfois narquoises, parfois flatteuses, souvent étonnées. Nul n’est besoin de décrire la KX019-4 version diesel de base à voies variables (900>1300mm) de 1,8t et de 11,8kW qui a bien évolué depuis 2011, et disponible en deux modèles, l’un canopy, l’autre avec cabine revue en 2019.

Comme le constatent les différents testeurs, la version LPG est équipée d’un moteur essence KUBOTA Spark Ignition de nouvelle génération présente des performances qui sont au moins équivalentes à celles d’un diesel. Plus silencieuse que la version traditionnelle, et contrairement à la réputation des motorisations à essence, le couple de la KX019-4 LPG répond avantageusement aux sollicitations de l’hydraulique selon les utilisateurs test.

Par rapport au prototype, l’accès à bouteille d’alimentation LPG placée horizontalement dans un capot, derrière le siège de l’opérateur, a été modifié avec un pivot soutenu par un vérin d’assistance facilitant le basculement. Avec ces bouteilles de gaz standard de 13kg (21,6l.) disponibles partout, la KX019-4 LPG se révèle peu gourmande au grand étonnement des utilisateurs. En effet, plusieurs d’entre eux ont constaté une autonomie de ±15 heures, même équipée d’un marteau hydraulique. Le modèle diesel avec son réservoir de 21 litres n’autorise, dans les meilleurs cas, qu’une autonomie de 7 heures consécutives et le coût au litre des deux carburants étant approximativement le même, ramènerait l’heure de production diesel deux fois plus coûteuse qu’en LPG. À performances équivalentes, et au bénéfice financier, s’ajoute le bénéfice écologique que procure l’utilisation du LPG. Une idée simple peut parfois être géniale et on peut se demander pourquoi une telle solution n’est pas généralisée.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.