NEWS

19 février 2021

WARNIER Pesage regroupe ses forces et devient WARNIER GROUPE

Cela fait 70 ans cette année que feu Lucien WARNIER, balancier de son état, débute à titre personnel le métier de constructeur et régleur de systèmes de pesage. En 1999, avec sa femme et sa fille épouse de Michel SMEYSTERS, il apporte son savoir-faire à la SA PESAGE DOSAGE WARNIER. Aujourd’hui, Benoît SMEYSTERS, la 3ème génération, prend le relais et associe dans WARNIER GROUPE, les forces et compétences qui ont fait la renommée de l’entreprise.

CLIQUER SUR LES PHOTOS POUR LES AGRANDIR

WARNIER dispose depuis 1998 de l’accréditation ISO/IEC 17020 BELAC en matière de vérification périodique des ponts-bascules et l’accréditation ISO/IEC 17025 pour l’étalonnage des poids étalons depuis 2005. En 2010, la société a reçu l’agrément du SPF Économie pour effectuer la vérification périodique (que le SPF assurait auparavant) pour les instruments de pesage utilisés dans le circuit économique. L’entreprise propose aussi aux clients la vérification primitive. En 2020, l’entreprise invente le pont-bascule en « kit do it ».

Au fil des années, la société a accumulé les compétences et a évolué avec les nouvelles technologies. À l’heure de fêter ses 70 ans l’entreprise restructure son offre en 3 pôles d’excellence et transforme son nom en WARNIER GROUPE.

À côté de WARNIER Pesage et WARNIER Contrôle, la nouvelle structure s’est organisée pour répondre à l’ensemble des applications et des projets sur mesure et intègre un service supplémentaire avec la création de WARNIER Développement. Né du partenariat de confiance noué avec la société Light Control basée à Stavelot depuis 1991, le pôle WARNIER Développement permet au groupe de maîtriser l’ensemble du process de pesage. De la fabrication à l’inspection des instruments de pesage, en passant par le développement de solutions informatiques sur-mesure. Cette nouvelle donne place le GROUPE WARNIER à la pointe de la technologie et lui permettra de relever encore plus de défis dans un secteur de plus en plus numérisé.

C’est aussi un gage de pérennité pour l’ensemble des bascules longuement installées dont la rénovation peut toujours évoluer vers des ponts-bascules adaptés aux technologies actuelles

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.